Un grand bol de nature en Auvergne !

DSC06026

(panorama de la chaîne des volcans d’Auvergne, depuis le puy de Dôme)

Rien de tel qu’un séjour en Auvergne pour admirer les merveilles de la nature, prendre un grand bol d’air et décompresser complètement 🙂

*

Le puy de Pariou, joli petit nombril de la chaîne des volcans

Le 2 juillet 2018, les Auvergnats apprenaient avec joie que les volcans d’Auvergne faisaient leur entrée officielle au patrimoine mondial de l’Unesco. En effet, si l’Unesco a d’abord rechigné à leur attribuer ce statut très exigeant – en raison des activités humaines effectives sur cette zone habitée, pâturée et cultivée -, l’argument géologique a finalement pris le dessus.

Mon coup de cœur ? Le puy de Pariou, un volcan de type strombolien de 200 mètres de diamètre et de 90 mètres de profondeur. Il me fait penser à un joli petit nombril qui ponctuerait la ligne sensuelle des volcans… Non seulement les randonneurs peuvent en faire le tour, mais un sentier a également été tracé pour rejoindre le cœur du puy. Et pour en avoir fait l’expérience, je peux vous dire que descendre au fond du Pariou est profondément apaisant : une fois en bas, le temps s’arrête, vous vous sentez délestée et légère, un immense sentiment d’harmonie et de beauté vous envahit…

DSC06038

*

Une région à papillons

On croise de nombreux papillons en Auvergne, tels que le machaon, le vulcain, le tabac d’Espagne, les azurés ou encore les argus. Mais ce fut aussi pour moi l’occasion de découvrir quelques espèces, comme la zygène de la filipendule (Zygaena filipendulae) et l’apollon (Parnassius apollo), un grand lépidoptère absolument ravissant (photos dénichées sur internet) :

zygapollon

*

Art roman auvergnat

Si l’on connaît surtout l’Auvergne pour ses volcans, ses lacs et ses forêts, la région offre aussi l’occasion de visiter de magnifiques églises romanes. Ma préférée : la basilique Notre-Dame-du-Port, nichée dans un quartier populaire de Clermont-Ferrand. Un belvédère situé en face permet d’en admirer le chevet et les multiples chapelles.

Quelle beauté !

cof

*

L’âne à la lyre

Les chapiteaux historiés (qui racontent une histoire) sont nombreux dans les églises romanes. L’âne à la lyre est une scénette caractéristique du bestiaire roman. Elle représente un âne incapable de pincer les cordes d’un instrument de musique, puisque pourvu de sabots. Cette image très répandue proviendrait d’une fable de Phèdre dans laquelle l’âne musicien représente l’homme trivial qui pense pouvoir apprendre alors qu’il n’en a pas les moyens spirituels. Ci-dessous, l’âne à la lyre que l’on peut admirer dans l’église romane de Saint-Nectaire :

ane

Voici ce qu’écrit Michel Pastoureau à propos de l’âne dans la religion, dans son ouvrage Les Animaux célèbres :

Pour les Pères de l’Eglise, l’âne est symbole d’ignorance, de stupidité, d’entêtement, de paresse, et surtout de lubricité. Ils en font l’image de l’homme incapable de s’élever au monde spirituel, esclave de ses appétits charnels et de ses instincts primaires.

Un bien vilain procès fait aux ânes, donc !

Mais Michel Pastoureau rappelle ensuite que l’âne peut également être pris en bonne part et revêtir des connotations très positives dans la religion (humilité, labeur, obéissance, persévérance), comme par exemple dans l’épisode de la fuite en Egypte (un âne transporte Marie et Jésus) ou celui de la Nativité (l’âne et le bœuf, aux premières loges, sont deux animaux bienveillants).

*

Une curiosité architecturale : les peddes

Un passage couvert qui relie deux maisons en enjambant une rue : voilà une charmante curiosité architecturale que, depuis des années, je ne savais pas comment nommer ! En Auvergne, cette construction a son petit nom bien à elle : il s’agit d’une pedde. A Thiers, cité médiévale, on peut en observer trois : la pedde du Coin des Hasards (4 étages tout de même !), celle du Penail et la pedde Saint-Genès. On trouve également quelques peddes dans le centre médiéval de Billom, comme dans cette très vieille rue :

DSC06075

*

La vallée de Chaudefour, un magnifique écrin pour la biodiversité

La vallée de Chaudefour, classée Réserve Naturelle depuis 1991, abrite 426 espèces de plantes herbacées ou ligneuses, 90 espèces d’oiseaux et 39 espèces de mammifères.

J’ai découvert cette vallée grâce à une randonnée organisée par Eric Vallé, conservateur de la Réserve, incollable sur la biodiversité et la géologie des lieux. Cette longue balade de 10 heures, tantôt sportive, tantôt contemplative, nous a permis de découvrir les nombreuses facettes de Chaudefour : falaises, ruisseaux, cascades, plateaux, forêts, tourbières… Nous avons observé des chamois et des mouflons, ramassé des groseilles et des myrtilles, découvert les vertus de nombreuses plantes, bu à la source une eau naturellement gazeuse, exploré une tourbière !

DSC06080

DSC06105

La silhouette arquée des hêtres de la vallée de Chaudefour témoigne des grandes quantités de neige amenées par-dessus la montagne par le vent :

DSC06083

*

Les tourbières de Chaudefour

L’Auvergne fait partie des régions françaises riches en tourbières. Grâce à Eric Vallé (voir plus haut), nous avons eu la chance d’en explorer une. Les tourbières sont des lieux fragiles et souvent interdits d’accès, par souci de préservation de la biodiversité. Arpenter une tourbière, de surcroît avec un connaisseur, est donc un moment rare et privilégié. Une expérience tout à fait extraordinaire !

Une tourbière est une zone humide dont le sol, composé de débris végétaux en lente décomposition, s’épaissit au fil des siècles et des millénaires. Elle est couverte d’une sphaigne gorgée d’eau. Les tourbières sont de véritables viviers où l’on peut observer de nombreuses espèces animales et végétales. Chaque mètre carré y grouille de vie ! Nous avons ainsi observé des grenouilles, des papillons, des criquets, des lézards, des araignées, des plantes carnivores et de nombreuses fleurs. Je n’ai pas tout photographié, mais voici tout de même quelques exemples :

La linaigrette, qui pousse à profusion dans les tourbières, est ornée d’un délicat pinceau plus doux que le coton…

DSC06101

A quelques centimètres du sol, voici la chenille du petit paon de nuit (Saturnia pavonia), arborant une robe verte à verrues jaunes cernées de noir.

DSC06103

Autre bijou de la tourbière que nous avons explorée vendredi, l’élégante parnassie des marais (Parnassia palustris), qui côtoie plusieurs plantes carnivores, dont les droséras…

DSC06102

Les criquets, extrêmement nombreux, semblent parfois se camoufler dans le paysage. Celui-ci, habillé de vert et de brun, a visiblement trouvé la bonne cachette grâce à une plante qui présente exactement le même duo de couleurs que lui.

DSC06098

*

L’Auvergne vue par les artistes et les poètes 

Je ne pouvais pas terminer cet article sans parler du plus beau tableau du musée de peinture de Murol 🙂

boudal

(Groire à la tombée de la nuit, Léon Boudal)

On ne parle pas beaucoup de l’école de peinture de Murol, qui a pourtant réuni une cinquantaine d’artistes très inspirés par les paysages d’hiver auvergnats, entre 1910 et 1930. Léon Boudal (1858-1934), abbé mais aussi peintre autodidacte, en était le chef de file. Sur ce tableau, il a représenté Groire, un hameau situé à proximité de Murol. Le polonais Wladimir de Terlikowski a également réalisé de très belles peintures d’hiver au sein de cette école de peinture.

Cet émouvant tableau fait pour moi écho à ce que le journaliste et écrivain Alexandre Vialatte, amoureux de l’Auvergne, a écrit de cette région :

L’Auvergne est un meuble pauvre que la France a relégué longtemps dans sa mansarde. Elle s’y est imprégnée d’une odeur de grenier, de vieux temps, de rêve, de bois de sapin. Elle sent la bure et la fumée. C’est un secret plutôt qu’une province. Elle vous tourmente toujours d’un songe.

*

Pour aller plus loin :

Publicités

2 réflexions sur “Un grand bol de nature en Auvergne !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s