Biodiversité : renouons avec la France sauvage

02

(renard curieux)

Ré-ensauvageons la France : voici le titre enthousiasmant du dernier ouvrage de Stéphane Durand et Gilbert Cochet, deux spécialistes de la biodiversité. Le livre vient de paraître aux éditions Actes Sud, dans une collection prometteuse intitulée Mondes sauvages, pour une nouvelle alliance. La collection Mondes sauvages a pour magnifique ambition de repenser notre rapport au sauvage. Elle a déjà quatre titres à son actif.

03

Les deux amoureux de la nature ont travaillé sur différents films de Jacques Perrin (Le Peuple migrateur, Océans, Les Saisons) et ont chacun écrit plusieurs livres. Ils sont tous les deux administrateurs de l’Association pour la Protection des Animaux Sauvages (ASPAS). Gilbert Cochet, président de l’association Forêts sauvages, travaille également avec le Muséum national d’histoire naturelle.

01

L’extraordinaire potentiel de biodiversité de la France

Le but de cet ouvrage : faire prendre conscience, aux citoyens autant qu’aux politiques (les décideurs), que la France a un potentiel extraordinaire de biodiversité et qu’avec des efforts sincères, nous pouvons lui redonner son vrai visage : celui d’un pays à la nature immensément sauvage et libre, que ce soit en termes de paysages, de faune ou de flore !

Il s’agit d’un livre résolument optimiste (parce qu’il prend la peine de récapituler tout ce qui a déjà été fait dans le bon sens, et parce qu’il imagine un avenir toujours plus encourageant), très bien renseigné et pragmatique, qui n’oublie pas de faire rêver le lecteur. Ce bouquin déconstruit également bon nombre de clichés. Exemples : les vertus prétendument régulatrices de la chasse, du pâturage ou des barrages… Haro sur la chasse, les  aménagements territoriaux, l’urbanisation ! Il nous faut apprendre à ne plus percevoir la nature comme hostile, à ne plus considérer les animaux sauvages comme nuisibles !

En évoquant tour à tour les grands milieux qu’offre le territoire français (montagnes, falaises, forêts, marais, côtes, océans), Stéphane Durand et Gilbert Cochet nous emmènent en randonnée et nous montrent tout ce qu’un ré-ensauvagement du pays (moins de déboisement, moins de pâturages, moins de barrages et de digues, moins de drainages, moins de chasse et de pêche, moins d’agriculture intensive, moins de fractionnement des espaces naturels…) apporterait en termes de diversité et de richesses naturelles 🙂

(en 40 ans, le hibou grand duc a multiplié ses effectifs par dix en France)

hibou grand duc

*

Voici quelques extraits qui donnent une idée de la variété des sujets abordés au cours des 176 pages de cet ouvrage.

Le formidable potentiel économique du tourisme vert 

Aux quatre coins du monde, on remarque que l’écotourisme est très rentable.

A l’heure où l’on ne sait plus à quel saint se vouer pour faire revenir la croissance et ses richesses, nous allons démontrer que favoriser le retour à la nature sauvage dans notre pays est un excellent moyen de créer des emplois et des opportunités économiques. (…) Nous sommes persuadés que la biodiversité est l’enjeu économique de demain. Et la France a le potentiel pour devenir le leader européen. C’est un cadeau de la nature. Profitons-en !

*

L’exemple du bison, déjà réintroduit en Allemagne 

A priori, le bison ne reviendra pas de lui-mêle en France, il est trop casanier pour cela. Une réintroduction par l’humain sera donc nécessaire…

Le bison, réintroduit en Allemagne à proximité de nos frontières, pourrait atteindre nos territoires, largement propices à son retour. (…) Il pourrait être réintroduit en forêt de Chaux, d’Orléans et dans les Ardennes. Les Allemands ont relâché des bisons dans le massif de Rothaargebirge, en Rhénanie-Westphalie, et se sont rendu compte qu’ils étaient très casaniers et s’accommodaient fort bien de la proximité d’une forte densité humaine.

(à quand le retour du bison dans le Vercors, les Vosges, le Jura, les Pyrénées ?)

bison

*

Comment le saumon retrouve-t-il la rivière dans laquelle il est né ?

Chaque année, les saumons remontent la rivière dans laquelle ils sont nés, pour y frayer (pondre leurs œufs). Malheureusement, les barrages interrompent leur trajet, et de fait, de nombreuses structures n’ont pas encore été adaptées aux poissons migrateurs.

Comment y parviennent-ils ? En captant le goût unique de la rivière de leur naissance, un savant cocktail chimique fait de la décomposition de telles espèces de feuilles mélangées à tels et tels minéraux issus de l’érosion de la roche environnante dans des proportions uniques qui signent à coup sûr (si l’on est aussi sensibles qu’un saumon) ce ruisseau.

*

Cassons les préjugés sur la répartition territoriale de notre biodiversité

De nombreuses espèces animales se limitent aux montagnes à cause de la chasse et de la destruction de leurs habitats.

Une autre belle surprise est celle de constater que les animaux que l’on pensait inféodés aux milieux rupestres sont tout à fait capables de vivre loin des rochers et des falaises. Le chamois descend des montagnes jusqu’à la Méditerranée, le grand corbeau niche en forêt de Haguenau et le hibou grand duc dans les forêts de la Dombes. Ce sont tous de « faux rupestres » qui ne le sont devenus que contraints et forcés par une traque continue exercée pendant des siècles. De même, les phoques veaux marins, désormais protégés, viennent explorer fleuves et rivières. Aujourd’hui, laissées enfin tranquilles, ces espèces se réapproprient tout simplement leurs aires de répartition normales.

(le chamois est revenu de lui-même dans les Maures)

chamois

*

Un espace protégé bien trop réduit en France

On lit parfois que la France protège 20 à 30 % de son territoire, mais c’est en comptant les parcs naturels régionaux, qui n’établissent que des chartes de bonne conduite sans protection concrète sur le terrain. Les surfaces sont donc encore très faibles. A peine 1 % du territoire bénéficie d’une protection : ce sont les cœurs des parcs nationaux, les réserves naturelles, les réserves biologiques intégrales.

(une tortue caouanne est venue pondre ses œufs à Fréjus en 2016)

tortue caouanne

*

Le problème typiquement français de la chasse

Les études scientifiques démontrent que la régulation de la nature par la chasse est un argument fallacieux. Les espèces s’auto-régulent, selon leur densité.

Concernant la faune forestière, le point crucial serait de parvenir enfin à réduire drastiquement le prélèvement. Nos voisins européens qui ont des territoires plus petits et des densités humaines plus grandes accueillent paradoxalement des populations animales plus importantes (2 millions de chevreuils en France et 8 millions en Allemagne). L’intense pression de chasse est un problème typiquement français, lié en partie à la crainte d’être envahis par des hordes d’animaux sauvages hors de tout contrôle.

(en 2018, les Français ont encore le droit de chasser le lagopède)

lagopede

*

La moule perlière, sentinelle de la pollution des eaux douces

L’agriculture non-bio pollue énormément les rivières.

Les bio-indicateurs les plus intéressants de la santé des rivières sont les moules perlières car elles sont les plus exigeantes. Elles ne supportent pas la moindre trace de nitrate. Quand les conditions sont réunies, les moules perlières peuvent être très nombreuses. Sa population en France n’est plus que de 100 000 individus dispersés dans une centaine de rivières. (…) La moule perlière est si sensible, si exigeante quant à la qualité des eaux qu’il suffit d’une seule ferme en agriculture conventionnelle pour polluer tout un bassin versant.

(la moule perlière est en déclin)

moule-perliere-kregen-dour-dous-riviere

*

Pour aller plus loin :

  • l’association Aspas (Association de Protection des Animaux sauvages) rachète des forêts pour créer des réserves sous le label « Réserve de Vie Sauvage ». Seule activité humaine autorisée sur ces zones : la promenade !
  • l’association Aspas parle très bien du bouquin ici
  • voici une page de ConsoGlobe sur l’écotourisme en France
  • la biodiversité en France résumée par l’INPN (Inventaire National du Patrimoine Naturel)
Publicités

Une réflexion sur “Biodiversité : renouons avec la France sauvage

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s