L’Islande au cœur

ragnar axelsson

(« J’aime les visages qui racontent une histoire », dit Ragnar Axelsson pour parler de son travail photographique)

Je vous propose une petite virée poétique en Islande, grâce aux œuvres puissantes et chaleureuses de deux artistes islandais contemporains : Jon Kalman Stefansson (né en 1963) et son roman Entre terre et ciel ; et les photographies de Ragnar Axelsson (né en 1958).

*

Avant de vous en proposer quelques extraits, deux mots sur le roman Entre ciel et terre de Jon Kalman Stefansson, paru en 2007 (titre islandais du roman : L’Enfer et le Paradis)…

Jon-Kalman-Stefansson-Entre-ciel-et-terre

Le pitch : au début du 20e siècle, les péripéties et les états d’âme d’une dizaine de personnages hauts en couleur, parmi lesquels des pêcheurs courageux, parfois aussi bavards ou avenants que des rochers par temps de pluie, au sein d’une nature hostile et spectaculaire. Le romancier et poète Jon Kalman Stefansson aborde ici des sujets aussi ambitieux que la mort, la solitude, l’amour et l’amitié avec un mélange de gravité, de poésie et d’humour efficacement dosés, et toujours beaucoup d’humilité, de pudeur, de respect. Son style est résolument dépouillé. Un des fils conducteurs du roman : la fragilité (c’est pour ça qu’elle est précieuse et digne d’un roman) de l’être humain face aux tempêtes, aux montagnes, aux sentiments qui l’assaillent et à sa propre destinée.

*

Idem, avant de vous laisser admirer ses photographies, voici deux mots sur Ragnar Axelsson : l’artiste islandais, surnommé Rax, photographie depuis quelques dizaines d’années les populations du Nord (Islande, Scandinavie, Groenland…), narrant ainsi leurs conditions de vie de ces habitants de l’extrême, leurs traditions et l’environnement magnifique dans lequel ils vivent, travaillent, vieillissent, se résignent, espèrent. « Je souhaite que toutes les images que j’ai collectées au fil des ans perpétuent la mémoire de ces gens admirables qui chaque jour de leur vie ont dû relever les immenses défis de la nature », confie-t-il.

AR-914560127

Il a principalement fait éditer 3 livres de photographies : Faces of the North (2004), Last Days of the Arctic (2010) et Behind the Mountains (2013). Ce dernier est intégralement consacré à l’Islande.

*

Venons-en au cœur du sujet : un texte et des photographies qui chantent l’Islande. J’ai trouvé amusant d’utiliser les photos de Ragnar Axelsson pour illustrer quelques extraits d’Entre ciel et terre, plutôt que d’en parler séparément. Les voici donc réunis :

 

ragnar axelsson

Guomundur porte une barbe épaisse qui lui couvre tout le bas du visage, jamais nous n’apercevions le menton de ces hommes. Si l’un d’entre eux venait à se raser par mégarde, on avait l’impression qu’il avait été victime d’un terrible accident, amputé d’une partie de sa personnalité et qu’il n’était plus qu’à peine la moitié d’un homme…

06

Lui et Pétur sont probablement les seuls êtres pour lesquels Einar éprouve du respect en ce monde, parfois aussi pour Jésus, mais ce respect n’est pas aussi inconditionnel, un homme qui tend l’autre joue ne tiendrait pas longtemps ici, au creux des montagnes.

04

Guojon s’était marié assez tôt. La chose est fréquente chez nous. Nous convolons jeunes afin de pouvoir nous blottir les uns contre les autres quand l’obscurité et le froid règnent sur le monde.

9

Geirpruour n’est pas d’ici. Elle est arrivée un beau jour au bras du vieux Guojon, Guojon le riche. De trente ans sa cadette, peut-être même trente-cinq ans, haute de taille, avec ses cheveux noir de jais, ses yeux aussi sombres que des boulets de charbon, quelques taches de rousseur pâlottes sur le nez lui conféraient l’apparence de l’innocence et c’était là, pensaient certains, la raison évidente pour laquelle le vieux lui avait succombé, fatigué de la vie comme il l’était, méfie-toi toujours des taches de rousseur…

02

Dans l’entrebâillement de la porte d’entrée se tient un homme, sans doute celui qui riait tout à l’heure, plutôt haut de taille, large d’épaules, vêtu d’une veste bleue ornée d’une kyrielle de boutons dorés, un capitaine étranger, pense le gamin, cela se voit aussi à la manière dont il se tient, cette combinaison d’assurance et de désinvolture, cet homme n’est pas tributaire du poisson salé et il n’a pas été forcé de vivre sa vie sous l’obscurité des montagnes.

07

Avril se présente à nous avec sa trousse à pharmacie et tente de panser les blessures de l’hiver.

01

« Voilà ! » Pétur n’a pas besoin d’en dire plus. Les hommes n’ont nul besoin de mots, ici, en pleine mer. La morue se fiche des mots, même des adjectifs comme sublime. La morue ne s’intéresse à aucun mot, pourtant elle nage dans les océans, presque inchangée, depuis cent vingt millions d’années. Cela nous apprend-il quelque chose sur le langage ? Eh bien, nous pouvons peut-être nous passer de mots pour survivre, mais nous en avons besoin pour vivre.

05

Il est si bon d’avoir un véritable ami en ce monde, alors tu n’es plus tout à fait aussi vulnérable, tu as quelqu’un à qui parler et à écouter sans être forcé de te protéger le cœur. Les soirées d’hiver sont longues chez nous, elles tendent l’obscurité entre les sommets des montagnes, les enfants s’endorment et alors l’agitation retombe, nous avons le temps de lire, le temps de réfléchir. L’innocence se retire et nous venons peut-être à penser à la mort, à la solitude, et c’est un grand réconfort que d’avoir un ami dans la maison voisine.

*

Pour aller plus loin :

  • Liste des romans de Jon Kalman Stefansson parus en français : Entre ciel et terre, Le Cœur de l’homme, La Tristesse des anges, D’ailleurs les poissons n’ont pas de pieds.
  • Concernant Ragnar Axelsson, un documentaire diffusé sur Arte en 2011 permet de suivre le photographe dans sa découverte du Groenland. Pour visionner le documentaire, c’est ici.
  • Ragnar Axelsson a un site officiel : ici.
Publicités

2 réflexions sur “L’Islande au cœur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s