Peinture de montagne et d’eau : peinture shanshui

strolling

Promenade d’automne en montagne, Zhang Daqian

En Chine, la peinture de paysage est un genre majeur. Tandis qu’en Europe, elle apparaît au XVe siècle, les Chinois accordaient déjà une place capitale au paysage depuis plusieurs siècles. En outre, cette culture du paysage n’a jamais disparu, même pendant la période maoïste. La peinture de paysage est placée au sommet de la hiérarchie artistique en Chine.

Dans ces peintures, qui célèbrent la majesté et la grandeur d’une nature à l’état brut, l’être humain est représenté à l’échelle qu’il devrait tout naturellement occuper sur terre : minuscule silhouette humaine (voir ci-dessus et plus bas), cabane perdue dans les montagnes, barque discrète au fil de l’eau…

Dans l’empire du Milieu, la peinture de paysage est appelée « peinture shanshui », ce qui signifie « peinture de montagne et eau ». En effet, les montagnes (yang) et l’eau (yin) sont deux thèmes essentiels de l’inspiration chinoise, et qui permettent d’infinies combinaisons. Par « eau », il faut entendre, bien sûr, l’eau sous toutes ses formes : cascades, rivières, lacs, fleuves, brumes et brouillards, nuages, pluie, mer…

Dans la peinture shanshui, l’artiste ne cherche pas à reproduire un paysage existant. La peinture exécutée n’est pas issue de l’apparence directe de la nature, il s’agit plutôt d’une interprétation : l’artiste choisit des éléments qu’il a pu admirer lors de ses promenades puis les réunit selon l’inspiration et ainsi, il recompose un paysage.

Wang Wei (699-759 ou 701-761), également poète et musicien, est considéré comme l’ancêtre de la peinture shanshui. Il est une référence pour les lettrés chinois. Toutefois, aucune peinture ne peut lui être attribuée de façon catégorique.

*

Voici quelques exemples de peinture shanshui (du XIIe siècle à nos jours)

Ci-dessous, une peinture de Zhao Ji (1082-1135) et une peinture de Wu Zhan (1280-1354) :

zhao-ji 1082-1135.jpg   wu-zhen_dongting 1280-1354.jpg

Voici une émouvante peinture de Shen Zhou (1427-1509), intitulée Le Poète, où l’on voit une mer de nuages déambuler parmi les montagnes :

shen-zhou_poet 1427-1509.jpg

Voici une peinture de Tang Yin (1470-1524). Là encore, la présence humaine est toute relative :

tang-yin_thatched-cottage-in-western-mountains 1470-1524.jpg

Ici, une peinture pleine de douceur de Wang Hui (1632-1717), mettant en scène un bateau et une rivière où se penchent des pêchers en fleurs, sous la pluie :

wang-hui_peach-blossom-fishing-boat 1632-1717.jpg

Et ci-dessous, voici deux peintures de Huang Junbi (1898-1991) sur lesquelles la cascade (et la cabane de l’ermite) est mise à l’honneur :

huang junbi 1898-1991.jpg

huang-junbi.jpg

*

Partir à la découverte de l’art chinois !

J’ai découvert un site génial : China Online Museum, qui répertorie les chefs-d’œuvre et les maîtres de l’art chinois (peinture, calligraphie, céramique…). L’une de leur page permet par exemple de faire connaissance avec les maîtres de la peinture chinoise. Ce site, très bien pensé, vaut vraiment le détour  🙂

*

Zhang Daqian, grand peintre chinois du XXe siècle

Zhang Daqian (1899-1983), célèbre peintre chinois du XXe siècle, est internationalement reconnu. Si ses premières œuvres sont entièrement nourries de tradition chinoise, son travail a ensuite évolué pour combiner peinture traditionnelle chinoise et inspiration occidentale (il a par exemple rencontré Picasso). En mai 2011, son tableau Lotus and Madarin Ducks fut adjugé au prix record de 191 millions de dollars de Hong-Kong (19 millions d’euros). Un article parmi d’autres à ce sujet : ici. Je suis complètement fan de ses peintures et j’adore l’audace avec laquelle il utilise les couleurs.

Zhang-Daqian.jpg

Zhang-Daqian 02.jpg

Pour se plonger avec ivresse dans l’univers de Zhang Daqian, rien de tel que de se rendre sur le site officiel de Sotheby’s et de taper le nom de l’artiste dans le moteur de recherche (en haut à droite). Calligraphies, paysages, peintures de lotus et peintures d’oiseaux, un véritable délice pour les yeux… Zhang Daqian a également peint quelques éventails, comme celui-ci ou celui-là !

Ci-dessous, un sympathique cliché de Zhang Daqian en promenade.

zhang-daqian-photo-02

*

Les monts Huang (Huangshan)

huang_shan_mountain_33_by_samlim-d4j5rwj

Le site enchanteur des monts Huang est un des symboles de la Chine, mais aussi de l’histoire de l’art chinois. En effet, il a énormément inspiré les artistes (dont Zhang Daqian, évoqué ci-dessus) : peinture, poésie, calligraphie.

Les monts Huang sont réputés pour leurs paysages splendides : pics granitiques, pins noueux et brumes spectaculaires. Classé au patrimoine de l’Unesco, ce site grandiose présente une grande richesse botanique et abrite de nombreux animaux, dont la panthère Neofelis nebulosa.

*

Quand le photographe Marc Riboud découvre les monts Huang…

A l’instar de nombreux bourlingueurs, Marc Riboud, célèbre artiste et reporter-photo (on connaît tous certaines de ses photographies) (mort en août 2016 à l’âge de 93 ans), est allé découvrir les monts Huang et en saisir toute la beauté.

Voici ce qu’il écrira à propos des monts Huang :

Tout Chinois qui parvient au Huang Shan éprouve l’étrange sensation de retrouver « son lieu et son milieu », de « toucher au but ». Pour peu qu’il s’y attarde toutefois, il fait l’expérience d’un amour passionnel qui le dépasse, il éprouve la présence d’un être combien réel et pourtant désespérément inaccessible, à la fois comblé de beautés palpables et chargé d’indicibles mystères, tour à tour attirant et fuyant, révélant et cachant… Rien d’étonnant à ce que, de tout temps, poètes et peintres le comparent à une ensorcelante figure féminine qui hante et féconde leur imagination.

Son travail en noir & blanc donne un résultat envoûtant :

marc-riboud03

marc-riboud04

marc-riboud

J’en profite pour publier ici ce qu’il a très joliment écrit sur le lien qui unie les Chinois aux brumes et aux nuages, décrivant ainsi une relation sensuelle tout à fait réjouissante :

Faute de mots, là aussi, pour les décrire, nous nous contentons de souligner, une fois encore, les sentiments profonds que nourrissent les Chinois pour les brumes et les nuages. Matière insaisissable et évanescente entre toutes, ceux-ci leur apparaissent pourtant comme des substances charnelles. Dès lors, ils entretiennent avec eux des rapports quasiment « sensuels ». Les poètes ne parlent-ils pas de « dormir au sein des brumes et nuages » ou de « caresser brumes et nuages » ? Et les adeptes du taoïsme conseillent, eux, de se « nourrir de brumes et nuages ».

Un vrai bonheur que de préparer cet article ! J’espère que le plaisir fut partagé par ceux qui m’ont lue jusqu’au bout  🙂

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s