Insectes : créatures du paradis

4X5 orig

(Lucioles à Ochanomizu, par Kobayashi Kiyochika)

Vous le savez peut-être, les Japonais admirent les insectes. On retrouve cet intérêt typiquement nippon pour les plus petites bêtes sous de multiples formes : domestication d’insectes musiciens, promenades consacrées à la contemplation des lucioles, nombreux poèmes dédiés aux libellules et papillons, ou encore étude des textes de l’entomologiste français Jean-Henri Fabre dans les écoles (Jean-Henri Fabre est un héros au Japon !).

Je viens de découvrir une pépite : Insectes, de l’écrivain irlandais Lafcadio Hearn (XIXe siècle). Pour qui s’intéresse à l’entomologie et qui aime également la poésie et la littérature, ce livre est une petite merveille 🙂

Insectes

Lafcadio Hearn a beaucoup voyagé, et en particulier au Japon (où il s’est marié, a pris un nom japonais, et où il est enterré).

Voici le sommaire de l’ouvrage (les 9 premiers chapitres sont dédiés au Japon) :

  • Préface : Au pays des insectes
  • Papillons du Japon
  • Moustiques
  • Fourmis
  • Histoire d’une mouche
  • Lucioles
  • Libellules
  • Sémi (cigale japonaise)
  • Insectes musiciens
  • Kusa-hibari (grillon)
  • Quelques poèmes anglais sur les insectes
  • Quelques poèmes français sur les insectes
  • Les insectes dans la poésie grecque
  • Politique entomologique
  • La tarentule du docteur Hava
  • Esquisses sur les insectes de la Nouvelle-Orléans

*

Voici un petit extrait attendrissant, sur les fourmis. On sent que l’influence japonaise a fait un travail en profondeur sur le cerveau de l’auteur 🙂

Le travail que ces ouvrières achèvent journellement est considérable. Il comprend la construction de routes, de ponts et d’édifices architecturaux divers ; l’horticulture ; l’agriculture. Elles doivent nourrir et abriter diverses espèces d’animaux domestiqués ; elles coupent du bois, fabriquent des produits chimiques, entreposent et conservent des aliments multiples. En outre, elles doivent veiller aux enfants de la race. Nul citoyen de cette société modèle ne songe à la « propriété » autrement que comme à une res publica, une chose « publique ». L’unique but de la communauté est d’élever et d’éduquer ses rejetons, dont la plupart sont des filles. Leur enfance est très longue ; durant cette période, ils sont non seulement incapables, mais aussi informes et de plus si délicats qu’on doit les protéger contre le moindre changement de température. Fort heureusement, leurs nourrices ont une certaine connaissance des lois de l’hygiène et de l’antisepsie ; chacune est au courant des règles de la ventilation, de la désinfection, de l’humidité et du danger des germes, qui, peut-être, sont aussi visibles à leurs yeux de myopes qu’ils le sont aux nôtres par le biais du microscope. Tout ce qui a trait à l’hygiène est si bien compris qu’une nourrice ne fait jamais d’erreur sur les conditions sanitaires de son environnement.

Aucune des travailleuses ne se néglige, malgré ce labeur incessant. Elles sont d’une propreté scrupuleuse et font leur toilette plusieurs fois par jour. Mais, comme elles sont pourvues de brosses et de peignes magnifiques à leurs poignets, elles ne perdent pas de temps. En plus de prendre soin de leurs corps, elles veillent à l’ordre et à la propreté de leurs demeures et de leurs jardins, pour le bien de leur progéniture. Il faut un tremblement de terre, une inondation ou une guerre acharnée pour interrompre la routine journalière du nettoyage et de la désinfection.

*

Pour en savoir plus :

  • la fiche officielle des éditions du Sonneur : ici
  • un article sur le bouquin : ici

Ci-dessous, un concert sous la lune par le japonais Asako Eguchi :

concert

Publicités

2 réflexions sur “Insectes : créatures du paradis

    1. Bonjour Petit être, et merci pour les différents messages positifs que vous avez déposés sur ce blog, c’est très gentil. J’ai découvert les Chasses subtiles de Jünger il n’y a pas si longtemps. Le bouquin n’était pas dispo à la bibliothèque mais je l’ai trouvé à petit prix sur internet. De nombreuses personnalités ont écrit sur les insectes, Jules Michelet aussi par exemple !
      Je vous souhaite une excellente journée Petit être, mais au fait, « petit » à quel point et dans quel monde vivez-vous ? 🙂
      Céline Fleur de pluie

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s