Sur les bords du Nil

tomorrow.jpg

(illustration de Anita Jeram)

J’ai mangé trop de chocolats ce week-end, mais qu’est-ce que c’était bon…

*

Je viens de me renseigner : la carte annuelle des Amis du Louvre coûte 80 euros (quand on a plus de 26 ans). Elle devient donc financièrement intéressante si on va au Louvre 5-6 fois dans l’année. Ca mérite réflexion 🙂  Avantages : plus de file d’attente, réception gratuite des publications du Louvre (revues et bulletins) à domicile, tarifs réduits et entrées gratuites dans d’autres musées ponctuellement.

Et puis, ce serait peut-être aussi l’occasion d’aller flâner dans les départements qui me font un peu peur de prime abord, comme les antiquités égyptiennes.

*

L’Egypte ancienne est un univers impressionnant, certes, mais qui me laisse souvent à distance. A qui la faute, j’en sais rien. Mais, alléluia, parmi les milliers de pièces archéologiques qui inondent les livres et les sites internet, certaines ont vraiment quelque chose d’attendrissant, ce qui permet alors un rapprochement, une intimité avec cette culture si lointaine. Ci-dessous, 4 pièces qui m’émeuvent et font instantanément tomber les barrières :

 

Le petit hippopotame bleu :

L’hippopotame faisait partie de la vie des Egyptiens. Habitant du Nil, il était à la fois symbole de puissance (de part sa grande force), de danger (il pouvait s’attaquer aux bateaux et aux hommes), de nuisance (ravageant les récoltes). En outre, il apportait beaucoup aux Egyptiens qui le chassaient pour son cuir, sa graisse, son ivoire et sa viande. Une cinquantaine d’hippopotames de ce type (en faïence bleue) seraient actuellement dispatchés aux quatre coins du monde. Ils sont ornés des végétaux et animaux qu’on trouve dans leur environnement immédiat : lotus, oiseaux, poissons… Je trouve que cet hippopotame est un poème à lui tout seul !

001 (500x372).jpg

 

Grâce féminine :

N’est-ce pas magnifique ? J’aime beaucoup le soin apporté aux parures. Ce trio élégant n’est qu’un détail d’une grande fresque représentant un banquet. Les plaisirs sensoriels sont donc à l’honneur et, entre autres, la musique. Les trois musiciennes ici présentes jouent respectivement de la double flûte, du luth et de la harpe.

tombe Nakht.jpg

 

Un vase à khôl :

Des traces de khôl ont été retrouvés à l’intérieur de cette mini-jarre, portée par la petite sculpture en argile d’un domestique. On est loin, très loin, des images figées, froides, des rois et des divinités. Finalement, avec un peu de bonne volonté, les Egyptiens savaient bien représenter le corps en mouvement. Les objets à la fois beaux et utiles me fascinent.

vase.jpg

 

Foisonnement végétal et animal :

Les décors égyptiens les plus célèbres présentent souvent un style ultra linéaire et rigoureux. Un peu de désordre (profusion, oiseaux en plein vol), ça fait pas de mal 🙂

Tombe-Nebamon.jpg

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s