Eclairer sa lanterne

phoebe wahl (375x500).jpg

(illustration de Phoebe Wahl)

Hitler s’étant suicidé en 1945, son livre Mein Kampf est tout naturellement tombé dans le domaine public en 2016. A cette occasion, l’Institut d’histoire contemporaine de Munich a pris les choses à bras-le-corps en publiant Mein Kampf sous la forme d’une édition critique : agrémentée de plus de 3500 notes, rédigées par 4 historiens.

Mercredi dernier, à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS), j’ai assisté à une table ronde organisée sur le sujet. Invité principal : Andreas Wirsching, le directeur de l’Institut d’histoire contemporaine de Munich. Ce fut très instructif.

*

Informations retenues :

Stupeur et tremblement : en Allemagne, le texte n’avait pas été réédité depuis la guerre. Mais bien sûr, il y circule librement sur internet, comme partout ailleurs.

Succès en librairie : en 2 mois, la nouvelle édition de l’Institut d’histoire contemporaine de Munich a atteint les 33 000 exemplaires vendus. En quelques semaines, le livre a été réédité plusieurs fois.

La nouvelle édition : cette édition « scientifique » a nécessité 5 années de travail, par 4 historiens principaux et plusieurs participants ponctuels. Le travail réalisé permet, au final, un déchiffrage de la démagogie d’Hitler et un éclairage étendu sur les raisons de son succès.

Analyse de l’ouvrage : étonnamment, jusque là, Mein Kampf n’avait jamais été très sérieusement analysé, car pas pris au sérieux par les intellectuels. En effet, le texte a été sous-estimé en raison de son contenu confus, insipide et ennuyeux.

On en apprend tous les jours : analyser Mein Kampf avec un esprit critique permet en réalité d’identifier les sources de la pensée hitlérienne, par exemple le mouvement völkisch du XIXe siècle (des informations à ce sujet : ici).

Mission réussie : globalement, la réédition de cet ouvrage, au fort potentiel explosif, a été très bien accueillie, même si certaines personnes s’en sont offusquées. Les libraires allemands constatent que les clients souhaitant acheter la nouvelle édition de Mein Kampf sont des individus éclairés, curieux de découvrir une édition qui décortique littéralement le texte délirant initial.

A quoi ressemble le bouquin ? Ayant assisté à la table ronde de l’EHESS, j’ai eu l’occasion, comme tous les participants, de manipuler et de feuilleter le livre. Il se présente en 2 tomes, dans 1 coffret. Il fait 6 kilos et 2000 pages. Concrètement, la part des notes critiques est aussi importante, si ce n’est plus importante, que le texte de Hitler lui-même.

Un choix politique sur le prix : l’ouvrage est très volontairement vendu à un prix accessible : 60 euros. En outre, le projet éditorial, du travail des historiens jusqu’à l’arrivée en librairie, a été entièrement financé par l’Institut de l’histoire contemporaine de Munich, donc par l’état bavarois.

Traductions : pour le moment, la nouvelle édition n’existe qu’en allemand. Elle sera prochainement publiée en anglais (pour ce qui concerne la France : les éditions Fayard se sont positionnées pour la traduire et la publier en français, cela va donc normalement se faire dans les années qui viennent).

Un article Télérama du 16 mars 2016 sur le sujet : ici.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s