Purification de l’âme

01 (600x400)

(Acharya Chandana, nonne jaïne)

Lundi soir, j’ai assisté à une conférence sur le jaïnisme à la Maison des Indes (76, rue Bonaparte, 75006).

Le jaïnisme compte entre 5 et 10 millions de fidèles dans le monde (ascètes et laïcs confondus). Cette religion est principalement répandue dans plusieurs régions de l’Inde (4% de la population indienne est concernée). Elle présente beaucoup de similarités avec le bouddhisme et l’hindouisme (fond culturel commun), mais a plusieurs spécificités. Le jaïnisme est notamment la seule religion à avoir toujours prôné un respect absolu et aussi poussé envers les animaux.

Le concept :

L’existence est une succession de souffrances (mais oui !). Or, notre temps est cyclique et notre être se re-matérisalise constamment (réincarnation) dans des organismes différents. La souffrance est donc éternelle. Seule solution pour échapper à cette répétition douloureuse : atteindre le siddhasila (la demeure des âmes libérées). Tous les jaïns en rêvent. Comment y parvenir ? Réponse : en se purifiant de tous les mauvais actes commis dans nos vies passées.

Comment se purifier ? Les jaïns font 5 vœux :

  • pas de violence, respect absolu de la vie, compassion et charité
  • pas de mensonge
  • pas de vol
  • chasteté pour les ascètes, modération et fidélité à son conjoint pour les laïcs
  • détachement matériel, refus de posséder

Et les sentiments ?

L’amour, l’affection, le désir, alourdissent l’âme. Ils sont donc considérés comme des dérives, des vices. Pauvres de nous.

Les jaïns et les animaux :

Le jaïnisme respecte la vie sous toutes ses formes. Les jaïns excluent ainsi de leur alimentation toute viande, tout poisson, tout œuf, le miel, l’eau non filtrée ainsi que les plantes ayant des racines (en raison des animaux qui pourraient être tués en les arrachant). Voilà pourquoi les jaïns ne sont pas agriculteurs ; ils se tournent par exemple vers le commerce et les services (et ont donc un bon taux d’alphabétisation, les femmes y compris).

Certains jaïns portent également sur le visage un masque de coton afin de ne pas avaler d’animaux microscopiques.

Les jaïns ont ouvert en Inde de très nombreux hôpitaux gratuits pour animaux.

Pour aller plus loin :

Il existe deux branches dans le jaïnisme : digambara et shvetambara.

  • Concernant le courant digambara : il s’agit du courant le plus extrême. Il prône un ascétisme tel qu’il rime avec nudité. Ses adeptes sont « vêtus de ciel » ou encore « vêtus d’espace », autrement dit : à poil (nudité = pureté). Ils se contentent de 2 objets : le vase à eau pour se laver et l’éventail de plumes de paon pour balayer les zones sur lesquelles ils risqueraient d’écraser des insectes. Ce courant n’accepte pas les femmes (le jaïnisme, comme toutes les religions, est pensé par les hommes : en l’occurrence la branche digambara exclue les femmes car une femme nue est synonyme de tentation, de désir).
  • Concernant le courant shvetambara : ses adeptes ont 14 possessions, dont 1 bol pour demander l’aumône. Ils sont vêtus de blanc (blancheur = pureté).

Le jeûne à mort

Le jeûne à mort (santhara). Le jeûne à mort est une pratique très respectée en Inde. L’idée : ne pas agir pour ne pas alourdir son âme, en l’occurrence économiser ses mouvements, au point de ne plus se nourrir, et donc de se laisser mourir. Il a été rendu illégal en août 2015 par les tribunaux du Rajasthan, mais la cour suprême de Delhi a finalement autorisé cette pratique au nom de la liberté de conscience.

Pour de nombreux indiens, parce qu’il est choisi avec un état d’esprit positif (et souvent pratiqué par les gens âgés), le jeûne à mort n’a rien de scandaleux. D’une façon plus générale, en Inde, la mort n’est de toute façon pas un tabou…

Quelques liens sur le jeûne à mort chez les jaïns, avec 3 articles rédigés en août/septembre 2015 : Le Monde (ici), de RFI (ici) et de Vice News (ici).

Où visiter un temple jaïn ?

Les jaïns construisent de magnifiques temples, traditionnellement taillés dans le marbre. On trouve des temples jaïns aux quatre coins du monde, dont 1 près de Londres, 1 aux Pays-Bas, 1 cinquantaine aux Etats-Unis…

 

Ci-dessous, fête de la Mahamastakabhisheka (aux pieds de la statue de Gomateshvara, fils du fondateur du jaïnisme – photo de Yannick Cormier) :

yannick cormier

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s