Les poèmes d’amour de Jacques Prévert

03

(photographie de Bill Brandt)

Fiesta, Jacques Prévert (1900-1977)

Et les verres étaient vides
et la bouteille brisée
Et le lit était grand ouvert
et la porte fermée
Et toutes les étoiles de verre
du bonheur et de la beauté
resplendissaient dans la poussière
de la chambre mal balayée
Et j’étais ivre mort
et j’étais feu de joie
et toi ivre vivante
toute nue dans mes bras…

*

J’avais 20 ans et je n’aimais pas (du tout) Jacques Prévert. J’ai découvert ses fabuleux poèmes d’amour au fond d’un vieux café, scotchés sur un mur, dans le quartier de Montmartre. Révélation. A l’époque, j’avais le monde à mes pieds et des nuées de papillons sous la peau. Mais pas encore 15 ans d’amour solidement enracinés dans le coeur…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s