Bestiaire en papier de soie

Du 16 janvier au 20 février 2016, Le Bon Marché accueille l’exposition Air de jeux de Ai Weiwei. Au rendez-vous, de la poésie et de la légèreté. J’y suis allée aujourd’hui.

On entend beaucoup parler de l’artiste contestataire chinois Ai Weiwei depuis quelques années déjà. Ai Weiwei est un grand enfant qui fait par exemple un doigt d’honneur à la porte de la Paix céleste (la porte sud de la Cité impériale) sur la place Tian’anmen, ou qui brise une urne de la dynastie Han un beau matin, aussi tranquillement que ça…

02 (500x374)

03 (500x263)

 

Une fois n’est pas coutume, avec Air de jeux et en particulier La chanson du blanc, Ai Weiwei nous invite à planer et à rêver… Sa chanson du blanc est un grand ballet aérien de 22 créatures fantastiques, réalisées en bambou et papier de soie, suspendues dans l’atrium du Bon Marché.

 

Comme souvent avec les œuvres en 3D, les photos ne valent pas grand chose (et c’est encore plus compliqué de réaliser des photos de qualité quand l’environnement est visuellement assez parasité, comme au Bon Marché). Il faut aller voir ça sur place !

Pour son grand ballet de papier, l’artiste s’est inspiré du Classique des monts et des mers, un ouvrage mythologique de l’Antiquité chinoise. Ses œuvres sont aussi un clin d’œil à son enfance et à la tradition des cerfs-volants chinois.

dragon (500x332)

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s