Tigres de papier

tigre (382x500)

(un tigre chahuté par des pies, période Choson)

Si vous vous intéressez à l’Asie et en particulier à la Corée, je vous incite vivement à aller découvrir la magnifique exposition Tigres de papier, cinq siècles de peinture en Corée (en l’occurrence la période Choson : 15e – 19e siècles) au musée Guimet ! Au programme, des félins, mais pas que ! L’exposition fait également la part belle aux dragons, oiseaux (dont quelques martins pêcheurs, mon oiseau préféré !), papillons, fleurs, fruits, scènes de genre (scènes de voyage, courtisanes), livres et paysages…

*

Attardons-nous un instant sur les tigres…

Bizarrement, dans l’imagerie coréenne, les tigres n’ont rien d’effrayant. Avec leurs yeux ronds immenses, on dirait de très gros chats complètement hallucinés (voir ci-dessus). Seules leurs dents et leur gueule rouge permettent de les identifier comme des félins dangereux. Leurs yeux sont souvent peints avec la couleur or. Les tigres coréens sont très couramment représentés avec un oiseau, par exemple une pie qui domine et « nargue » le félin. Il y a dans ce duo improbable quelque chose d’humoristique, puisque l’oiseau représenterait le peuple et le tigre, les forces gouvernementales.

*

Rouleau ou paravent ?

Les supports coréens sont principalement des rouleaux de papier et des paravents. Les rouleaux sont suspendus pour des occasions spécifiques, tandis que les paravents font partie du quotidien.

Petit aparté sur les paravents coréens, japonais et chinois : traditionnellement, le paravent chinois est en bois, tandis que les paravents coréen et japonais sont en papier et servent de cloisons (les maisons de Corée et du Japon ne possédant pas de murs porteurs). Le paravent japonais est surtout réservé à l’aristocratie tandis qu’en Corée, on le retrouve chez tout le monde et dans la vie de tous les jours, dans toutes les activités.

*

Des oiseaux et des fleurs…

Le thème des fleurs et oiseaux est réservé au mobilier féminin. Les oiseaux y sont souvent représentés en couple, symbolisant ainsi l’amour heureux. La pivoine est particulièrement représentée sur le mobilier de la mariée. Le masculin est alors symbolisé par le rocher. L’alliance de la pivoine et du rocher représente ainsi l’accouplement.

*

Les courtisanes, un leitmotiv dans la peinture coréenne

On reconnaît les courtisanes au fait qu’elles fument la pipe (une très longue pipe), puisque seules les courtisanes en avaient le droit. Les Coréennes en général se coiffaient d’une très longue tresse, qu’elles s’enroulaient ensuite sur la tête (le résultat est parfois très impressionnant).

*

Pour aller plus loin :

  • voici un article sur l’exposition, qui propose aussi quelques photos
  • Wikipédia propose une fiche sur la période Choson
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s