Le plus petit poème…

feuilles01

(avec deux fois rien, on peut aller très loin…)

Le haïku est un petit poème japonais en 3 vers (5 syllabes + 7 syllabes + 5 syllabes). Traditionnellement, il contient au moins un « mot de saison » (par exemple : « perce-neige » pour parler de l’hiver, « bourgeon » pour le printemps, « canicule » pour l’été, « châtaigne » pour l’automne). Le haïku permet, en quelques mots, de cueillir un instant de grâce, une sensation, une émotion. Certains auteurs respectent le principe des 5 + 7 + 5 syllabes (je pense que c’est encore systématique au Japon), d’autres non.

Voici un petit éventail de mes haïkus préférés :

une odeur de thé au jasmin
flottant après l’amour
villa pluvieuse

(Ikuyo Yoshimora, Japon)

*

glycines éclatantes à la fenêtre
juste quand ma femme
n’est pas là

(Ippekiro Nakatsuka, Japon)

*

un vieil homme
sourit
à un coing ridé

(Henri Brunel, France)

*

par derrière elle me prend dans ses bras
mon visage dans la vapeur
des pommes de terre

(Rod WILLMOT, Canada, anglais)

*

l’automne est là
le premier cheveu gris
sur son corps magnifique

(Emile Molhuysen, Delft, Nederland)

*

un brin de coriandre
dans ma dent creuse
voyage en Orient

(Daniel Biga, France)

*

le pic-vert
contemple pensif
le bois de ma chaumière

(Kobayashi Issa, Japon)

*

j’écoute
le son de la pluie
sur les lotus flétris

(Li Shang yin, Japon)

*

Pour aller plus loin :

Petit-manuel-pour-écrire-des-Haïkus-Poche-600x927

Publicités

Une réflexion sur “Le plus petit poème…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s